Deuxième rencontre pour la création d'une faîtière nationale de la participation

Des discussions riches et animées

La deuxième rencontre pour la création d'une faîtière nationale de la participation a réuni 40 personnes dans les locaux de la Haute école de travail social à Fribourg, le 14 septembre 2020. Les discussions furent riches et animées, notamment sur la question de l'identité et la raison d'être d'une telle structure. Des groupes de travail thématiques vont approfondir les résultats et permettre d'avancer ce processus.

 

Une faîtière - mais pourquoi?

Face aux enjeux croisés de la citoyenneté, du développement du territoire et de la qualité de vie dans un contexte qui évolue rapidement, les collectivités publiques et les citoyen.ne.s expérimentent de plus en plus la participation dans le devenir de la cité. Moyen d'appropriation, d'intelligence collective, de médiation, du pouvoir d'agir, la participation doit répondre à de nombreux enjeux et attentes. Les acteurs et actrices de la participation font ainsi appel à nombreux champs de compétences - sociologie, anthropologie, géographie, communication, médiation, urbanisme, animation socio-culturelle, etc. - pour initier, accompagner, ancrer, expérimenter des démarches qui se déroulent dans des champs de tensions (thématiques, temporels, institutionnels) et de ré-invention permanents en terme de gouvernance et de processus.

Face à ces défis, les acteurs de la participation ressentent le besoin de se mettre en réseau, d'échanger, de se former, en bref, de s'organiser. Le but est donc de catalyser les énergies pour la création d'une faîtière nationale, qui soit en capacité de porter collectivement les enjeux de la participation, tant vers l'intérieur - entre les acteurs - que vers l'extérieur.

dsc_5981.JPG